Contre les abus des avocats et notaires
Adhésion association
Pétition pour une nouvelle justice
articles de presse
Livre May Dupé
La voix des victimes - Cas concrets
Les actualités de l'association
Lettre ouverte à Monsieur Nicolas SARKOZY
2
Réseau social - Facebook Réseau professionnel Viadeo Voir la vidéo sur Dailymotion
mailing list
 
Inscrivez-vous à
notre mailing list !
 

..Mentions légales


Plaidoyer pour une nouvelle justice

"Plaidoyer pour une nouvelle justice" : Le livre

.

 


UN NOUVEAU SOUFFLE POUR LES VICTIMES D'UNE CERTAINE CATEGORIE D'AVOCATS ET DE NOTAIRES (ESCROCS) dANS L'EXERCICE DE LEUR FONCTION.

 Mise à jour du 10mai 2021 (contact May DUPE : 06 20 63 35 44)


                                                       La mafia immobilière cannoise

devant le Tribunal Correctionnel de Grasse.

 

Branle bas de combat au 12, Rue Meynadier à cannes…

 

Une bataille sans merci pour parvenir à faire comparaître mes deux avocats très productifs de la mafiaimmobilière cannoise, devant le tribunal correctionnel de Justice.

Le dernier acte judiciaire, constituant leur énième escroquerie au jugement est enfin tombé en  ce 1er septembre 2017,  me permettant enfin de le faire.

Voilà qui est fait !

En attente d’une date, en voie d’être fixée par le doyen des juges d’instruction, pour une comparution directede Maîtres Bernard ESTRADIER et le Cabinet d’Avocats DRAILLARD, membres très productifs de la mafia immobilière cannoise.

Convocation de ces avocats mafieux, par ma demande de citation directe du 10mars 2021 au Procureur de la Républiquedu T.G.I. de GRASSE (pièce 1), comme le permet la loi suite à un classement sans suite.

Convocation notifiée par voie d’huissier, avec communiqué à la Presse écrite et publication sur tous les supportsmédiatiques afin qu’il soit fait grand bruit autour de cette affaire et que le débat sur la réforme demandée de l’Ordre des Avocats et de La Chambre des Notaires puissent enfin s’ouvrir !

Dernier acte judiciaire concrétisant la énième escroquerie au jugement : Règlement définitif 97/72DUPE, du 1er septembre 2017 (le délai étant de six ans pour déposer plainte, nous y sommes).

La spoliation de tout mon patrimoine par Maîtres Bernard ESTRADIER et le Cabinet d’avocats DRAILLARD constitués àmes intérêts, est publiée sur le site de l’association « Nouvelle Justice », créée en 2007 pour dénoncer les exactions de ces deux avocats,sans que je sois attaquée en diffamation par les mises en cause, attendu la véracité des faits.


                                             CITATION A COMPARAITRE

Au titre de l'Article 392 du Code de Procédure Pénale, j'ai fait élection au Parquet
du  Palais deJustice de GRASSE.

Rappel du texte de loi qui punit les délits dénoncés :

L'article 313-1 du code pénal définit le délit d'escroquerie comme : « Le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudiced'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge ».

Or, il est démontré à l’appui de preuves irréfragables qu’au moyen de leur titre d’avocat, Maîtres Bernard ESTRADIER et le Cabinet d’avocats DRAILLARD ont  employé des manœuvres frauduleuses, pour me tromper et me déterminer  à leur remettre mes fonds et mes titres de propriétés :

 

-  Décembre 1990 protocole d’accord amiable qui échoue par des mises en œuvre à l’envers…

 

-  Juillet 1991,  acte de saisie immobilière de ma propriété « Camille Amélie »,  au moyen d’une créance fictive (pièce 1),

 

-  Septembre 1991, ordonnance d’expulsion de mon appartement, sans remboursement d’une somme de 1 300 000F versée lors de la signature d'un acte d'achat fictif (pièce 2),

 

-  1992, découverte du tableau interne au Service de la MEE du T.G.I. de GRASSE qui affiche « rôle d’attente », « rôled’attente », « rôle d’attente », entre septembre 1986 et novembre 1992 (pièce 3),

 

Comment Maîtres Bernard ESTRADIER et DRAILLARD constitués à mes intérêts au titre d’avocats postulant et plaidant, pouvaient-ilm’attaquer officiellement, en tant qu’avocats attaquants sans attirer l’attention du Palais de Justice de Grasse ?

 

Avocat constitué-attaquant… Une première en France !

 

En effet, il est démontré, preuves à l’appui, de ce que Maître Bernard ESTRADIER n’avait accepté mon dossier succession DUPE,s’adjoignant à mes frais le concours du cabinet d’avocats DRAILLARD, non pour défendre mes intérêts, mais pour absorber mes biens.

 

Dont la facture commune du 14 décembre 1990, réglée par le Règlement Définitif 97/72 DUPE, du 1 septembre 2017, constitueune énième escroquerie.

 

L’escroquerie est punie par l’article 313-1 du code pénal. L’escroc encourt une peine de 5 ans de prison ainsi qu’une amendepouvant aller jusqu’à 375 000 euros. Il est possible pour une escroquerie que les sanctions atteignent 7 ans de prison et 750 000 euros d’amende si :L’escroquerie implique l’usurpation de l’identité d’un agent public.


Ici, ces auxiliaires de justice a profité deleur titre d’avocat pour commettre leurs escroqueries en bande organisée.

 

LES PREUVES INCONTESTABLES A L’ENCONTRE DE MAITRE Bernard ESTRADIER et le cabinet  d’avocats DRAILLARD :

 

-  La saisie immobilière de « Camille Amélie » par le cabinet d’avocats DRAILLARD, en 1991.

Voir acte de vente aux enchères publiques le précisant (pièce 1) ;

Voir la lettre du Cabinet d’avocats DRAILLARD du 28février 2020 (pièce2) communiquée au notaire chargé de la liquidation de la succession DUPE, par lettre du 6mars 2020, précisant son rôle (pièce 3).

-  L’expulsion de l’appartement « Parc Vallombrosa », par le cabinet d’avocats DRAILLARD, en septembre 1991.

Voir l’ordonnance judiciaire le précisant (pièce 4) ;

Le cabinet d’avocats DRAILLARD constitué à mes intérêts m’a attaquée en expulsion de mon logement pour le compte de personnesqui venaient de m’escroquer la somme de 1 300 000F.

Grâce à l’intervention d’une avocate idéaliste (en la personne de Maître Denise VERDET) proche d’une mise en examen par le doyendes juges, mes fonds m’avaient été restitués. Cette première manche ayant été remportée (suite au décès de mon avocate), j’ai pris le relais avec la promessefaite à moi-même (comme à elle qui avait tant fait pour moi) de les mettre en prison.

Voir protocole d’accord me restituant ces sommes volées (pièce 5) ;

-  La facture commune de Maîtres ESTRADIER et DRAILLARD pour leur constitution à mesintérêts (pièce 6).

Voir leur constitution par la fiche du T.G.I. de GRASSE et leur facture commune du 14décembre 1990 (pièce7) ;

Voir lettre du cabinet d’avocats DRAILLARD reconnaissant implicitement n’avoir jamais communiqué les pièces de défense liées à l’affaire succession DUPE, suite à maréclamation près de l’Ordre des Avocats (pièce8).

Voir tableau interne du Bureau de la MEE du T.G.I. de GRASSE qui m’a été transmis, par Maître Denise VERDET, précisant«rôle d’attente », « rôle d’attente », « rôled’attente » (pièce 9) ;

Voir la lettre du cabinet d’avocats DRAILLARD à Maître Denise VERDET, précisant sa constitution à mes intérêtsjusqu’au novembre   1992 (pièce 10).

 

Quant à l’accord amiable conclu entre moi et la succession DUPE sur PARIS.

 

Voir communication, du 30 octobre 1990, de MON projet de protocole, élaboré  par mes soins, suite aux pourparlers directs avec la succession DUPE. Pourparlers qui se sont déroulés d’août à octobre1990, sur PARIS (pièce 11) ;

 

Voir la facture de Maître Bernard ESTRADIER précisant unique RDV en son cabinet, le 6décembre 1990 (pièce 12)  pour validation de notre accord (suite à une mise en forme juridique, par ses soins).

 

Dans la mesure où il n’a jamais existé de pourparlers entre Maître ESTRADIER et la succession DUPE, il importe que cet avocatm’explique quand et comment est-ce que lesdits pourparlers auraient pu être laborieux…

 

Lors de l’unique RDV du 6décembre 1990, aurait-il procédé à une saisie des éléments désignés par les uns et les autres membres de lasuccession ? Aurait-il ensuite procédé à une lecture de cette saisie avant correction ? Aurait-il procédé à une relecture dans la foulée auprès destrois autres membres absents ce jour ?

 

Le tout dans l’heure (60minutes) qu’avait duré cette rencontre ?

 

La réalité est que non seulement Maître Bernard ESTRADIER m’a volé mon argent en prétendant à une telle facture, mais il m’a aussi volémon travail.

 

La réalité – preuve à l’appui – est que MON projet dont je demande une expertise permettant de déterminer de ce qu’il date bien decourant 1990 – lui avait été remis suite à l’accord conclu directement avec la succession DUPE, sur PARIS.

 

La réalité est que – sous le coup des multiples attaques judiciaires initiés par mes propres avocats – c’est par un odieux chantage queMaître Bernard ESTRADIER avait obtenu mon accord pour le paiement de cette facture injustifiée.

 

Maître ESTRADIER bloquant l’ensemble de ma défense tandis que Maître DRAILLARD (payé pour me défendre) m’attaquait sous son propre nom,ouvertement, m’expulsant de mon logement « Parc Vallombrosa » (sans remboursement de 1 300 000F versé) se saisissant en même temps de ma propriété immobilière « Camille Amélie », je n’avais guère le choix que de céder au chantage.

 

Voilà à quoi j’ai été soumise en cette année 1991 de la part de Maîtres Bernard ESTRADIER etle cabinet d’avocats DRAILLARD.  Sans un esprit sain dans un corps sain je n’aurais pu me sortir vivante de la mafiaimmobilière cannoise.  

 

 

Résumé des faits (version longue à la page du site "Vox populi" Cas concrets)

 

 

L’intérêt général (En aide aux victimes)

 

L’infaisabilité de l’ordre des avocats et de la chambre des notaires - systèmes disséqués de A à Z, mettant en exergue des dysfonctionnements dont seul lecitoyen lambda fait de fait les frais-.

 

Lettre de Monsieur le sénateur Jean-René LECERF du 26septembre 2005, en faveur d’uneréforme, inspirée de mon parcours, permettant d’endiguer les dysfonctionnements actuels de ce deux ordres du pouvoir public.

 

 

L’Association « Nouvelle Justice »

 

Association créée par May DUPE a pour but de dénoncer une certaine catégorie d’avocats(escrocs dans l’exercice de leur fonction) et venir ainsi en aide aux victimes.

 

www.nouvellejustice.fr


Mise à jour du 10mai 2021 (contact May DUPE : 06 20 63 35 44)






  " La Jusctice est aveugle, ôtons-lui son bandeau !"


Ce site est dédié à Maître Denise VERDET, avocate de vocation (1925-1995) à qui je dois d'avoir survécu aux interventions assassines de mes propres avocats et notaire véreux, agissant en bande organisée.

 

Les noms et adresses de Maîtres Bernard ESTRADIER (avocat) demeurant au 20, Avenue Victoria, 06110 LE CANNET (Alpes Maritimes), Jean-Claude BERTRAND (notaire), sis au 21 Rue Buttura à CANNES (A.M.) et la SELARL DRAILLARD (avocat) sis au « Bocage », 68, Avenue de GRASSE, 06400 CANNES (A.M.).


Vous êtes victime d'ABUS de la part de votre propre avocat ou notaire, adressez un EXPOSE de vos difficultés, à :

Association "Nouvelle Justice", 12, Rue Meynadier /06400 Cannes.

Pour toute poursuite judiciaire à engager ou à continuer, un avocat de vocation pourra se charger de votre dossier.

Contact : nouvellejustice@orange.fr  et tél. : 04 93 38 59 82 (pour les dossiers en cours de traitement)

Joignez à votre envoi  votre bulletin d'adhésion (dont le montant de la cotisation est 45€), ainsi que la PETITION et la CHARTE proposées, signées et datées.

                                                                                                         Mise à jour du jeudi 17décembre 2020

Les statuts de l'association enregistrés à la Sous Préfecture de GRASSE, le du21janvier 1999, sous la référence 1/14491 (avec modification n°0061014491), sont à la disposition de tout un chacun.

« Nouvelle Justice » est régitpar la loi du 1er juillet 1901.

Comme toutes les associations déclarées, « Nouvelle Justice » peut, sans autorisation spéciale et quel que soit leur objet,recevoir des dons manuels (par chèque ou virement à son compte BANQUE POSTALE n° 18 404 39 S 23) et ce en application de l'article 6 de la loi du 1er juillet 1901.

                         
                                              ______________________


Les choses bougent enfin du côté des médias :

Après un coup de gueule mémorable à un journaliste qui me sollicitait pour des cas de dysfonctionnement de notaires et d'avocats, me précisant - par vrai cynisme ou réelle connerie - ne s'intéresser qu'aux dossiers actuellement en cours... Ecartant les cas "anciens" ou "compliqués".

A quoi je lui ai répondu (excédée!) que les cas anciens et compliqués, le sont devenus, précisément, à cause des dysfontionnements dénoncés de l'Ordre des Avocats et de La Chambre des Notaires dont l'infaisabilité n'est plus à démontrer, l'invitant vertement à revoir sa copie...

Le revoilà avec une proposition plus réaliste de la part de sa "boîte de production" (il paraît que cela marche ainsi à la télévision) : prêt à médiatiser tous les cas de figure dans la mesure où ils auront été causés par les dysfonctionnements dénoncés.

A croire qu'il faut parfois hurler pour obtenir des avancées. Parler poliment n'est pas toujours suffisant.



Communiqué de presse à lire (ici) (Mise à jour du jeudi 17décembre 2020 )

"COMMANDER le livre" (bon de commande)

Commande Paypal (paiement sécurisé)


Plaidoyer pour une Nouvelle Justice

 

Ou       

L’Odyssée judiciaire d’une citoyenne lambda                                                         

May  DUPE          


      

Avertissement

            Important de souligner que la révélation faite, ici, des forfaitures commises impunément parune certaine catégorie d’avocats et de notaires (escrocs dans l’exercice de leur fonction)  n’a pas pour but de « démolir » les professions d’avocat et de notaire, ayant faitl’expérience d’une avocate de vocation. Elle fut loyale, me sortit de l’impasse où je m’étais retrouvée suite aux exactions commises par mes  premiers avocats de connivence avec mon notaire, me sauva et m’apporta en outre les preuves démontrant lesmalversations organisées pour me déposséder de mon patrimoine. Preuves irréfragables (documents officiels impossibles à contester) sans lesquelles jen’aurais pu étayer les faits qui me sont arrivés.

                   Le métier d’avocat est pour moi l’une des professions les plus nobles qu’il n’ait été donné à l’homme de pratiquer.Ne dit-on pas que « l’avocat est le médecin de l’âme…» ?  

                Mon intention vise, bien au contraire, à rendre ses lettres de noblesse à ces deux professions,  métiers de proximité indispensables à la population. Profession dont la réputation s’est quelque peu ternie au fil du temps et qu’il importe de restaurer afin de rétablir la confiance ducitoyen en elle.

          

                                         

Défi lancé à mes avocats et notaire véreux. Impatiente qu'ils le relèvenent !
           (lisez jusqu'au bout, chers lecteurs).

Lettre à Maître Bernard ESTRADIER, du 9avril 2018 (dont copie à la SELARL DRAILLARD et  Maître  Jean-Claude BERTRAND).

 Ma première rencontre avec vous, en septembre 1986, fut pour vous confier  le dossier succession Gilbert DUPE.

Vous étiez libre d’accepter ou de refuser ce dossier. Rien de vous obligeait à le prendre, sinon (à en juger de ce qu’il allait advenir de moi), l’arrière-pensée qui a tout de suite germé chez vous de me déposséder de mes biens.  

En ce qui me concerne, n’ayant jamais rien fait de répréhensible,  habitée, bien au contraire, par  l’idée d’un protocole d’accord transactionnel permettant de résoudre à l’amiable la succession Gilbert DUPE (ainsi que je vous l’avais fait savoir, dès le début de la discussion judiciaire qui m’avait  fait vous rencontrer), je pensais n’avoir rien à craindre de quiconque, encore  moins de mon propre avocat.

J’avais 31ans et après la perte de l’homme que j’admirais le plus au monde, j’aspirais au recueillement et à la tranquillité nécessaire pour me ressourcer, élever notre enfant. Raison pour laquelle je voulais tout mettre sur la table pour bien vite refermer ce dossier et reprendre le cours de ma vie.

Profitant de ma bonne volonté comme de mon désir de paix, par une vaste mise en scène en l’Etude et avec le concours de Maître Jean-Claude  BERTRAND, notaire,  vous m’aviez fait croire que je signais la vente de ma  Camille Amélie permettant la réalisation du Protocole d’accord transactionnel  de liquidation amiable de la succession Gilbert DUPE,  alors que ce fut pour  vous l’opportunité rêvée pour détourner la vente normale de ma propriété immobilière faisant échouer le  protocole d’accord transactionnel amiable  que j’avais fini par conclure, seule, avec les consorts DUPE.

Il se serait agi du traitement d’un « dossier d’affaires »  témoignant de ce que  je posséderais quelques milliards ; en me  dépossédant de  quelques millions, cela n’aurait été qu’une simple affaire d’argent. Mais  Camille Amélie  était tout ce que je possédais ; à son prix de vente étaient subordonnées la réorganisation de ma vie, de mes nouvelles activités professionnelles, des études supérieures de mon fils. En sabotant ainsi tous mes projets, par pure avidité, c’est donc à ma vie que vous attentiez-là ! Oblitérant l’avenir de l’enfant E. DUPE.

 

 Du jour au lendemain, nous nous sommes retrouvés sans le moindre sou   vaillant et quelque temps après sans notre maison.

 

 Notre vie, depuis votre constitution à mes intérêts, n’aura été qu’une  suite d’abus,  d’empêchements et de spoliations en tous genres et sous  toutes ses formes.

 

Vos forfaitures restées impunies,  vous voilà détenteur du Règlement  Définitif 97/72 DUPE  du Bureau des Ordres du T.G.I. de Grasse du  1septembre 2017 qui vous permet de passer à la CDC pour une somme supplémentaire de 46 392,19€

 

Plusieurs plaintes ont été déposées contre vous dans le délai imparti. Elles étaient étayées de preuves irréfragables (dont celles internes au T.G.I. de  Grasse, transmises par le dossier d’avocat de Maître Denise VERDET, suite à  son décès). Elles n’ont toutefois pu aboutir pour les raisons mises en exergue,  notamment dans mon « Plaidoyer pour une nouvelle justice ou l’Odyssée  judiciaire d’une citoyenne lambda », bouquin qui paraît en septembre  prochain (pièce7).

 

Force me fut donc de prendre pour tribune la vox populi, par le biais de mon  site Internet : www.nouvellejustice.fr

 Ma publication officielle permanente sur www.nouvellejustice.fr ne se  contente pas de relater le scandale dont je suis l’objet pour vous avoir confié  le dossier succession Gilbert DUPE, elle mentionne volontairement vos noms et adresses : Maîtres Bernard ESTRADIER,  20, Avenue Victoria, 06110 Le « Cannet / la SELARL DRAILLARD, 2 Bd d’Alsace, 06400 Cannes (avocats)  / Jean-Claude BERTRAND (notaire), 21, Rue Buttura, 06400 Cannes.

 Et,  fait suite à la publication d’un petit journal intitulé « La Gazette de Cannes » que j’avais  pris soin de distribuer, par fax, à chacun des cabinets  d’avocats et de notaires existant sur  Cannes et ses environs.

 

 Ces publications officielles visaient à déclencher une attaque en diffamation,   de votre part,  me permettant ainsi d’avoir enfin un procès pénal. Instance  appropriée pour faire la preuve des forfaitures commises à mon préjudice  comme à ceux de mon fils (mineur au moment des faits).

 

                        MAIS AUCUNE REACTION DE VOTRE PART…

 

Où est donc passé l’arrogant, le pédant, le suffisant Bernard ESTRADIER ?!

Pas un sou de dignité ?!

Pas de taille à affronter  May DUPE ?!

A moins que vous ne soyez doué que pour l’escroquerie et la mise à mort de personnes irréprochables ?!

 

En effet, sachant que vous perdriez dans une action en diffamation, les faits étant étayés de preuves absolues, vous n’avez eu d’autre choix que de  laisser perdurer mes publications jusqu’à ce jour.

 

 Ainsi, grâce à ma plume (et une solide santé mentale) me permettant de vous  défier publiquement sur le site Internet de mon Association Nouvelle  Justice  j’éprouve un certain soulagement à pouvoir vous remettre à votre juste place,  celle d’un escroc sans scrupule et sans une once de dignité humaine.


 

Réconfort suprême : Une loi portera mon nom pour la réforme de l’Ordre des Avocats et de la Chambre des Notaires, par la création d’organismes neutres, fiables, aptes à résoudre la réclamation du citoyen abusé par son propre avocat ou son notaire et les vôtres seront dans les annales  des avocats et notaires véreux, afin que de telles forfaitures, à l’exemple de celles commises à mon préjudice, ne puissent plus rester impunies. 

 

Toutefois,  une confrontation en Justice avec vous est plus que jamais  requise puisque seule une procédure pénale serait à même de permettre la restitution de ma Camille Amélie,  détournée en ce 27décembre 1990 en l’Etude et « avec le concours de Maître Jean-Claude BERTRAND, et celui ensuite de  Maître Etienne DRAILLARD prenant le relais pour son vol définitif par toute  une série d’escroqueries par ordonnances.

 Ce Règlement Définitif 97/72 DUPE du Bureau des Ordres du T.G.I. de  Grasse du 1septembre 2017 représentant mon paiement officiel de votre   facture commune avec  la SELARL DRAILLARD, constitue donc la preuve  absolue de vos interventions au titre d’avocats constitués, alors que vous  n’avez fait que m’exécuter ouvertement, sous vos propres noms, comme le  démontre l’ensemble des attaques judiciaires menées à mon préjudice pour le  compte de mes différents escrocs.

Par votre faute, j’ai perdu tout ce que je possédais : biens matériels gagnés  par mon intelligence honnête et ma capacité à réagir avec justesse et justice, envers tout un chacun. Ce, en toutes circonstances.

                        Justice doit donc m’être rendue !

Mais puisque vous refusez d’aller au pénal, c’est donc le pénal qui viendra  à vous !!!

En effet, vous n’êtes pas sans savoir que le Parquet du T.G.I. de Grasse et le Parquet Général de la cour d’appel d’Aix-en-Provence peuvent décider de me poursuivre pour diffamation, avec ou sans vous.

Votre comportement me dispense de clôturer la présente par une quelconque formule de politesse.

                                                                                                          May DUPE

Copie des présents a été adressée par :

Envoi r.a.r. n°1A 148 833 4216 4  du 9avril 2018  à Maître Jean-Claude BERTRAND (notaire)

Envoi r.a.r. n° 1A 148 833 4214 0 du 9avril 2018 à la SELARL DRAILLARD (avocat)

           Aucune réaction à ce jour qui viserait à m’interdire ces publications dénonçant les forfaitures commises, de la part des mis en cause.

              Dorénavant, à Cannes et ses alentours, tout un chacun sait qui avait fait quoi dans mon affaire et comment les trois escrocs s’y étaient pris.

             Quelle satisfaction de pouvoir faire rendre audibles les victimes de cette catégorie d’avocats et de notaires condamnées au silence ! Qu’il fait bon pouvoir crier à pleins poumons qu’une bonne et vraie Justice peut encore être possible et qu’elle doit pouvoir exister !

 

            Comme démontré au chapitre IX de mon livre (qui paraît en septembre prochain) dénoncer les forfaitures de son propre avocat ou son notaire est une voie sans issue. Leurs victimes sont condamnées au silence.

 

            Il eut été inconcevable pour moi de passer mon chemin. Il m’a fallu coûte que coûte les dénoncer et avec eux un système qui a fait son temps. Il m’a fallu tenter quelque chose.

 

            Quel doux et profond bonheur éprouve-je à présent de retrouver cette estime de moi-même que l’on m’avait dérobée, piétinée, souillée. J’ai non seulement retrouvée l’estime de moi-même mais je me sens à présent plus forte que jamais !

 

              Connais-toi toi-même disait Platon.  Je confirme ! Car le vrai cadeau de la vie fut ma rencontre avec moi-même. Se connaître permet d’appréhender les autres, d’établir de vrai contact avec ses interlocuteurs quels qu’ils soient.  Désormais, je ressens la vie en moi avec une telle intensité et me sens gonflée d’un tel bonheur de vivre qu’en croisant mes avocats et mon notaire escrocs dans les rues de Cannes, j’ai envie de leur crier : « Merci fumiers ! »



          Préambule du Livre.

Ce livre révèle l’absence de mise en œuvre, par l’Etat, de la garantie des droits fondamentaux des français. Preuves ont été établies démontrant que rien n’a été fait pour l’application effective de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789, préambule de la constitution française.

Il déboulonne le système de judiciaire, sur ce point précis, et met en exergue le fait qu’il n’existe aucun organisme de contrôle véritable des professions d’avocats et de notaires.  L’Ordre des Avocats et La Chambre des Notaires - conflits d’intérêts par excellence - n’étant pas aptes à résoudre la réclamation du citoyen.

Il décortique, un à un, les dysfonctionnements assassins de l’Ordre des Avocats et de La Chambre des Notaires et fait la parfaite démonstration du pourquoi et du comment la réclamation du citoyen-néophyte-abusé dénonçant les forfaitures de son avocat-escroc ou son notaire-escroc, ne peut aboutir.

L’infaisabilité de ces Ordres du Pouvoir Public y est, point par point, dans ses moindres détails, exposée.

Idem pour les recours aux Conseil Supérieur du Notariat, Parquet, Parquet Général ; Ministère de la Justice, Garde des Sceaux, Médiateur de la République (au niveau de l’Etat) . Dès lors qu’il s’agisse de forfaitures d’avocats et de notaires, nul recours n’est opérant.

Je m’insurge contre ce vide juridique qui permet ainsi à une certaine catégorie d’avocats et de notaires (escrocs dans l’exercice de leur fonction, comme il en existe dans tous les domaines de compétence) de commettre en toute impunité : abus de pouvoir, abus d’autorité,  abus de faiblesse,  abus de confiance, escroqueries, dénis de justice aux préjudices de leur propre client-néophyte en droit.

L’Etat, garant suprême de nos droits fondamentaux, donc  responsable de cette garantie,  n’a en fait procédé à aucune mise en œuvre réelle pour l’application effective de cette garantie.

Au constat de ce qu’aucune mise en œuvre n’a été effectuée pour un contrôle véritable des professions d’avocats et de notaires qui permettrait de veiller aux non-violations des droits fondamentaux du citoyen. Un contrôle qui permettrait de prévenir comme de sanctionner tout abus de pouvoir, abus d’autorité,  abus de faiblesse,  abus de confiance, escroqueries, dénis de justice, force m’a été de prendre pour tribune la vox populi

Aussi, lorsque l’Etat affirme être le garant suprême de nos droits fondamentaux, il commet, là, la plus parfaite imposture ! 

En effet, ainsi qu’il vous le sera démontré, au chapitre IV, il n’existe de nos jours aucun recours de proximité neutre, fiable, apte à venir à la rescousse du citoyen-néophyte-abusé en droit par son propre avocat ou son propre notaire.

Résultat : ces crimes non sanctionnés faute de contrôle véritable sont légions. Ils constituent de nos jours un vrai phénomène de société qui broie à tour de bras des vies humaines. Ces victimes non réparées sont ensuite laissées sur le bas côté de la route.

Au constat de toutes ces vies brisées par un défaut de mise en œuvre de la part de l’Etat, de la garantie de nos droits fondamentaux, préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Impératif de réagir.

Ce livre est un plaidoyer pour une réforme de l’Ordre des Avocats et de La Chambre des notaires par la création d’organismes neutres, fiables, aptes à résoudre la réclamation du citoyen entre citoyen-néophyte en droit et son propre avocat ou notaire.

            

           Bien que largement dépassée par tout ce que je découvrais d’abjecte et d’irresponsable (j’avais été mise sur la paille par des notables, qui, loin d'être dans le besoin, regorgeaient bien au contraire de tout, et aspiraient tout simplement à plus de richesses matérielles en exécutant d’honnêtes citoyens !), j'avais décidé de réagir.

            J'étais déterminée à survivre à cette calamité - même si les difficultés me paraissaient insurmontables sur le moment - ; je me devais de m’accrocher de toutes mes forces à mon idée. Je me devais de croire que j’allais pouvoir tenter une solution à la mesure du problème. Je ne pouvais poursuivre ma route sans penser qu'il me faille essayer de faire en sorte qu’il soit mis un terme à pareils errements de la justice et qu’il nous devienne enfin possible, dans un proche avenir de pouvoir accorder notre pleine et entière confiance à nos avocats et notaires. Car, ce sont des professionnels de proximité indispensables à un moment donné ou à un autre de notre vie. Ce sont des professionnels qu'il nous faudrait, bien au contraire, engager le cœur léger, sans se dire que nous sommes en train de prendre le risque d’y laisser notre patrimoine jusqu’au dernier sou ou d’y laisser tout simplement la peau (comme c’aurait pu être mon cas attendu les violences morales d’une rare intensité subies au travers de cette succession d'abus, d'empêchements et d'escroqueries qui ont conduit au détournement de mon patrimoine).

            En effet, ne serait-il pas légitime que de pouvoir faire confiance à son avocat ou son notaire ?

            Lorsqu’un individu est confronté à des questions juridico-judiciaires, impossibles pour lui à résoudre seul. Questions qui le dépassent et le conduisent à faire appel à un avocat.  Lorsqu’un individu a un document notarié à faire acter par un notaire, ne se trouve-t-il pas (dans le premier cas de figure) en situation de faiblesse, voire de très grande détresse psychologique parfois, s’il s’agit d’un divorce qui l’affecte ou du décès d’un très proche auquel il était très attaché ?? Ne serait-il pas légitime dans ces moments difficiles et compliqués de sa vie, de pouvoir s’en remettre à lui,  se confier à son « médecin de l’âme » sans aucune méfiance ? Passagèrement déboussolé et  vulnérable, a-t-il d’autre choix que de lui accorder toute sa confiance ?  Est-ce normal qu’il encoure alors le risque de cumuler un surcroît d'autres difficultés (insurmontables celles-là) de nature à se retrouver comme emporté sur un bateau ivre dans un océan de problèmes organisés prêts à l’engouffrer? Quant au deuxième cas de figure exposé au chapitre II (le mien),  alors qu’il s’agissait (pour éviter un procès) d’organiser trois signatures dont deux étaient subordonnées à la première, est-ce normal que l’existence de toute une famille (qui avait pris soin de tout mettre en œuvre pour régler une succession à l’amiable) passe à cette occasion,  de paisible à un dédale de difficultés enchevêtrées les unes aux autres, situation devenue in fine totalement inextricable ??

            De toutes les déconvenues résultant des forfaitures de mon notaire et mes deux avocats, c’est ma découverte de l’infaisabilité de l’Ordre des Avocats et de La Chambre des Notaires (dès lors que les enjeux sont importants) qui me stupéfia le plus.

                 Alors que les métiers d’avocat et de notaire confèrent une certaine aura à ces praticiens ; que cette aura est de nature à intimider, voire à inférioriser le citoyen-néophyte-affligé, voilà qu’il n’existe de surcroît aucun contrôle neutre de ces deux professionnels du droit.  Le droit étant un outil à double tranchants, c’est-à-dire qu’il peut s’employer à réparer une injustice comme à en créer une, n’est-ce pas leur conférer un pouvoir excessif sur le citoyen lambda ?

   Proie facile, d’un côté ; absence de garde-fou susceptible de neutraliser le pouvoir excessif conféré à la fonction d’avocat ou de notaire, de l’autre... Et, le piège se referme parfois définitivement sur le citoyen-néophyte dont les droits fondamentaux auront été  bafoués par ceux-là mêmes qui leur avaient pris beaucoup d'argent sous la promesse d'une défense.  Pire ! Après avoir dépouillé leur client en situation de faiblesse, cette catégorie d'avocats et de notaires-là se retrouve ensuite (de par le jeu des procédures en vigueur dans notre système judiciaire) être prioritaire pour le paiement de leur facture « pour crime ». Le crime dans le crime, voilà qui constitue des crimes redoublés pour la victime spoliée et laissée ensuite sur le bas côté de la route.

     Le gouvernement est-il conscient de la dangerosité du droit lorsque celui-ci est exercé à l’envers ? Est-ce responsable d’exposer ainsi les citoyens à "une mise en danger de la vie d’autrui" doublée de " non-assistance à personne en danger" ? Nos gouvernants auraient-ils la naïveté de penser que tous les êtres naissent égaux en honnêteté et loyauté ? Que les avocats et notaires viennent au monde sans tare ni tâche et demeurent incorruptibles ? Ou bien s’agirait-il d’impudence cynique et irresponsable ?

    Lors d’un divorce (événement qui plonge ses protagonistes dans une situation délicate), à qui le couple va-t-il confier ses difficultés juridiques sinon à un avocat ?! Lors d’une succession (moment de grande détresse parfois), à qui ces personnes  affectées par le dueil vont-elles confier leur dossier à régulariser sinon à leur notaire ?! Lors d’une assignation à comparaître en justice (que la convocation soit justifiée ou non), à qui le néophyte en droit va-t-il s’adresser et se confier pour être éclairé sur ses droits et ses chances de résoudre ses difficultés ?! Dans tous ces cas de figure, est-ce qu’il ne lui est pas indispensable (s’il veut espérer en terminer dans un délai raisonnable) de faire confiance à un avocat  (individu qui lui est parfaitement étranger  dont il n’a aucun moyen de bien connaître et ne sait rien de la vraie personnalité) ?!

    Dans la tourmente, le citoyen-néophyte-affligé aspire à recevoir des explications visant à l’éclairer sur les textes de lois qui pourraient servir ses droits. Lesquels textes lui sont parfois obscurs voire souvent hermétiques. N’est-il donc pas contraint alors de faire une confiance « aveugle » à son avocat ? 

    Le métier d’avocat, profession de proximité importante voire primordiale pour chacun d’entre nous à un moment donné de notre vie, ne doit-il pas s’exercer dans un climat de confiance méritée et justifiée ??

    Ce qui n’est guerre le cas dans l’organisation actuelle de notre système judiciaire. De nos jours, le citoyen-néophyte-affligé a, à juste titre, le sentiment que s’il tombait sur un avocat intègre, tout ira pour le mieux ; que s’il tombait sur un avocat-escroc (comme il en existe dans tous les domaines de compétence) son compte est bon ! Idem, lorsqu’il s’agit de faire régulariser un acte d’importance près d’un notaire et que c’est pour lui (néophyte dépassé par les difficultés juridiques qui l’assaillent) un vrai casse-tête chinois), il a le sentiment que s’il tombait sur un notaire intègre, tout se déroulera  normalement ; qu’au cas contraire, il se trouvera engagé dans un véritable parcours de combattant, sans pouvoir compter sur des recours de proximité efficaces pouvant venir à sa rescousse pour dénouer la situation.

    Dans certains moments juridico-critiques de la vie, voilà que le citoyen lambda s’en trouve de surcroît réduit à jouer à la courte paille.

   Est-ce vraiment humain pour une personne en pleine tourmente d’avoir à se dire : « Si je tire le bon numéro, bientôt mon souci ne sera plus qu’un mauvais souvenir ; si je tire le mauvais numéro,  ma vie telle que je l’ai conçue, bâtie, et pour laquelle je me serais tant investi, pourrait, bien au contraire, se transformer en enfer » ??

   C’est, en effet, par un défaut de contrôle neutre des métiers d’avocats et de notaires que les forfaitures perpétrées par mon notaire en parfaite connivence avec mes deux avocats (absorbant d'un seul coup d'un seul toute mon existence) sont passées sous silence et demeurées impunies. Aucune sanction n’a pu être prise contre eux. Aucun reproche n’a pu leur  être adressé. Et, c’est la raison pour laquelle j’ai tenu à démontrer, dans mon « Plaidoyer pour une Nouvelle Justice », le pourquoi et les comment  de cette impunité.

  Attention, il ne s’agit pas de faire l’amalgame avec le fait que les services de justice seraient habituellement longs et onéreux. Ce dont on pourrait se plaindre parfois. Il s’agit ici de mettre en exergue la brèche laissée dans le système, par l’absence de toute mise en œuvre, par l’Etat, pour l'application de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789 (préambule de la constitution française), permettant ainsi à une certaine catégorie d’avocats et de notaires de commettre : abus de pouvoir, abus d’autorité, abus de faiblesse, abus de confiance, escroqueries, dénis de justice, en toute impunité.

        


         De nos jours, pour espérer que les rapports avocat-client se passent simplement et correctement (espoir parfaitement légitime, car ce sont-là des services que le citoyen paie à prix d’or),  ce dernier a le sentiment qu’il lui faudrait avant tout compter sur la chance et tirer le bon numéro. Alors que le problème à résoudre touche très souvent le noyau dur de la famille (divorce, succession) paralysant parfois le cours d’une vie normale (générant des préjudices collatéraux considérables), voilà qu’aucun recours de proximité n’est offert permettant de faire face aux dérives et dérapages éventuels d’une certaine catégorie d’avocats et de notaires.

            En cas de concussion, déloyauté, exaction, perfidie, prévarication, trahison,  de la part de son notaire ou son avocat,  le citoyen-victime ne peut que faire le constat, à ses dépens, de ce que l’Etat, au lieu d’avoir eu le souci de garantir de manière effective ses droits fondamentaux - comme il en avait la responsabilité donc l’obligation -,  aura, bien au contraire, donné à ces maestros du droit les moyens techniques presqu'infaillibles, l’opportunité, et la capacité de les absorber en toute légalité ! 

            Lorsque l’Etat affirme être le garant suprême de nos droits fondamentaux, ne commet-il pas une parfaite imposture ? Car, s’il est bien hautement responsable de cette garantie, il n’a pour pourtant procédé à aucune mise en œuvre réelle pour son application ? 

            Mon odyssée judiciaire révélée ici, démontre que cette faille du système judiciaire constitue une réelle  « mise en danger de la vie du citoyen».  Faute aggravée par le « non assistance à citoyen en danger» laissant ensuite le citoyen-victime d'abus d'avocats et/ou de notaires sur le bas côté de la route.

            Aucun recours de proximité neutre, fiable, pour venir à la rescousse du citoyen-néophyte abusé par son propre avocat ou son propre notaire, dans l’exercice de leur fonction! Résultat : ces crimes non sanctionnés par l’Ordre des Avocats et La Chambre des Notaires, constituent de nos jours un vrai phénomène de société qui broie à tour de bras des vies humaines.

            Devant ce scandale causé par un défaut de mise en œuvre de la garantie de nos droits fondamentaux (droits inscrits dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789) ; devant cette imposture de  l’Etat - garant suprême de ces droits, donc responsable de sa mise en application, mais qui, en fait, ne les garantit pas de manière effective -, force m’est donc, par ce livre, de prendre pour tribune la vox populi.

            Ayant survécu à ces exactions d’une très grande barbarie intellectuelle, voire d’une sauvagerie morale inhumaine, plus vivante que jamais, renforcée, je prends le fait de m’en être sortie idem (esprit sain dans un corps sain) comme une grâce divine accordée par le ciel permettant d'aller de l'avant.  Je suis donc heureuse d’avoir pu élaborer ce réquisitoire contre l’Etat  (responsable de milliers et de milliers de concitoyens-victimes d’avocats et de notaires non réparées).

            Du fait d'être encore en vie, je me devais d’aller jusqu’au bout ; d’exhorter le Chef de l'Etat, au titre de garant suprême des droits fondamentaux du citoyen, à prendre ses responsabilités et s’occuper enfin de sa mise en application, par une réforme de l'Ordre des Avocats et de La Chambre des Notaires.

            Pour mon honneur, pour mon fils, comme pour la mémoire de Gilbert DUPE qui chérissait tant "Camille Amélie" (demeure où nous vécûmes des jours ensoleillés),  je me devais de consacrer toute mon énergie à procéder aux démarches qui allaient me permettre de démontrer, par A + B,  comment, par des méandres juridico-judiciaires labyrinthiques, l’Etat garantit en fait, et ce, juste en amont des droits fondamentaux du citoyen, la presque totale impunité des avocats et notaires, par une quasi-impossibilité de vérification réelle de ces maestros du droit. Preuves sont faites ce jour que les recours de proximité du citoyen-néophyte-abusé dénonçant les forfaitures de son avocat-escroc ou son notaire-escroc ne peut aboutir, dès lors que l'enjeu est important. Idem pour les plaintes aux parquets et les recours près du Ministère de la Justice, Garde des Sceaux.

    L’Ordre des Avocats et La Chambre des Notaires, sont de vrais leurres. Leur infaisabilité à résoudre la réclamation du citoyen lambda n’est plus à démontrer. En cas d’abus de pouvoir, abus d’autorité, abus de confiance, abus de faiblesse, escroquerie, déni de justice, de la part d’une certaine catégorie d’avocats et de notaire dans l’exercice de leur fonction, le dossier des victimes - pour cause de conflits d’intérêts bien compréhensible - ne trouve aucune solution.  

  Important pour moi d’avoir pu mettre les mots appropriés sur ces agissements qui n’ont fait que trop de victimes silencieuses parmi la populatio

  Impératif pour tout citoyen de pouvoir accorder sa légitime confiance à son avocat ou son notaire pour régler les affaires délicates touchant le plus souvent le noyau dur de la famille.

  Impératif de pouvoir établir une relation de confiance avec ces professionnels du droit ; et que le citoyen-néophyte-affligé puisse éprouver à leur contact un sentiment de réconfort et de sécurité. Sentiment indispensable pour lui redonner espoir et le rassurer sur le fait que ses difficultés vont pouvoir être traitées dans les règles de la loi, dans un délai raisonnable,  afin qu’il puisse reprendre une vie normale dans le plus bref délai possible.

Janvier 2015

            Du fait que je sois parvenue à poser par écrit les faits qui me sont arrivés ; que je sois parvenue à m’expliquer les tenants et les aboutissants des processus qui permettaient à de telles forfaitures de prospérer, je ne me sens plus meurtrie dans mon âme, isolée, mais bien au contraire remplie d’amour avec une folle envie d’aller de l’avant ; de faire entendre la voix des autres victimes d'une certaine catégorie d'avocats et de notaires (escrocs) condamnées au silence. Je suis animée d'une certaine rage de vouloir proclamer haut et fort qu’une bonne et vraie justice peut encore être possible et qu’elle doit pouvoir exister ! Je sais aussi qu’il ne me suffirait pas d’y croire, qu’il va me falloir relever les manches, crier et crier encore pour faire entendre l’indignation que l’on peut exprimer devant une telle calamité. Qu'il va falloir me battre très longtemps peut-être pour que la justice en laquelle je crois de tout mon être,  devienne réalité ! Mais, ai-je vraiment le choix ?

            Dans les cas semblables, aussi extrêmes dans l'horreur, ne nous faut-il pas (comme Emile Zola, Alexandre Dumas, et bien d’autres, l'ont fait avant nous)  monter sa propre tribune et nous adjoindre la vox populi. La population étant concernée au même titre et au même degré que moi par ces dysfonctionnements courants de l’Ordre des Avocats et La Chambre des Notaires, (dont les victimes sont laissées sur le bas côté de la route) doit réagir et prendre part à ma demande en signant la pétition proposée.

             C'est dans cette perspective j’ai créé, dès janvier 1999,  l'association dénommée « Nouvelle Justice » permettant de réunir les témoignages d’autres victimes non-réparées d’une certaine catégorie d’avocats et de notaires, pour l’obtention de la réforme de l’Ordre des Avocats et de La Chambre des Notaires.

           Il eut été criminel de ma part de ne pas dénoncer ces deux professions du droit et les laisser ainsi continuer à dysfonctionner et faire d’autres victimes - sans contrôle neutre, fiable, apte à résoudre la réclamation du citoyen abusé et escroqué par son propre avocat ou son notaire -. Il me fallait tenter quelque chose.

              De l’enrichissement sans cause d’une catégorie de la population (avocats, notaires) résulte la mort d’une autre catégorie de la population (citoyens lambdas). Où est donc l’Egalité dans ce régime ?! Où est donc la garantie de nos droits fondamentaux dans ce système sans contrôle neutre, fiable de ces deux professions du droit ?! D’autant que ces victimes après s’être fait voler (les efforts de toute une  vie parfois) se délitent et meurent à petit feu dans l’indifférence de tous.

Important aussi de pouvoir communiquer un message d’espoir à mes concitoyens, victimes non-réparées,  et qu’ils le reçoivent comme un signe de fraternité, de solidarité, et d'amour de ma part.

Une voix devait s’élever de la foule pour faire constater les dysfonctionnements criminels de l’Ordre des Avocats et de La Chambre des Notaires, qu’il est devenu plus qu’urgent de réformer, par la création d’organismes neutres, fiables, aptes à résoudre la réclamation du citoyen lésé par son propre avocat ou son notaire.

Au 21ème siècle, le Chef de l’Etat, garant suprême des droits fondamentaux du citoyen (surtout dans un pays tel que la France), se doit de les garantir de manière effective, pour l’application sur le territoire des principes  de  « La Déclaration  des droits de l’Homme et du Citoyen du 26.

 

 


Éditeur - Distributeur "May Dupé " par souscription

Votre commande est à adresser au : 12, Rue Meynadier, 06400 CANNES

Prix de vente 19,40 € ttc + participation aux frais d'envoi 3,60 € ttc
(DOM-TOM / Étranger 8,00 € ttc). Le chèque relatif au prix du livre est à libeller à l'ordre de May DUPE

"COMMANDER le livre"

"COMMANDER le livre"

(retour haut de page)

Contact . Liens référencement . Toutes les maquettes pour la couverture du livre >>